L’école de la Transition

Le contexte

Réussir à l’école, cela veut dire aujourd’hui être un enfant qui a toutes les capacités pour apprendre au plus près des normes définies par les programmes officiels du Ministère de l’Éducation Nationale.

Ces capacités doivent de plus être renforcées par une belle confiance en soi durable.

Rythmes et contenus scolaires sont remis continuellement en question, sans pour autant être résolument réformés.

De plus en plus d’enfants se retrouvent en marge, voire totalement écartés du groupe classe dont l’enseignant est en charge.

aroni-738305_1920

Un groupe qui est d’ailleurs souvent conséquent en nombre, et dont l’hétérogénéité est de plus en plus complexe à gérer.

Beaucoup d’éducateurs, parents et enseignants, sont inquiets et se sentent démunis quant aux moyens sécurisants et disponibles pour accompagner ces enfants qui s’écartent de plus en plus tôt du système scolaire.

Les aides matérielles et humaines qui s’appauvrissent dans le service public en sont la raison principale, mais pas l’unique.

Les enfants d’aujourd’hui grandissent dans un environnement d’une part de plus en plus instable et d’autre part terriblement intrusif dès la petite enfance, ce qui leur permet difficilement de grandir comme des enfants, mais plutôt comme des « minis adultes ».

Que dire des enfants dont les capacités ne sont pas « aux normes » ?

Déjà tout petit, les aptitudes à évaluer dès la maternelle, les stigmatisent et fragilisent la construction de leur individualité.

La perception de leur différence commence à se faire à travers ces premières évaluations.

Dès 5 ans (voire plus tôt) un enfant peut commencer à vivre l’école dans la souffrance. Cela se produit aussi après une absence prolongée pour hospitalisation.

De même, une maladie nécessitant un traitement lourd entraînera des absences très fréquentes qui mettront l’enfant de plus en plus en difficulté.

Enfin n’oublions pas les traumatismes familiaux et sociaux qui peuvent être à l’origine de ruptures subites dans un parcours scolaire.

L’ALTERNATIVE :

l'école de la transition

Cette école accueille un métissage d’enfants de 2 à 16 ans, et les accompagne dans le développement de leurs savoirs et capacités, sur leurs besoins éducatifs individualisés.

UN JARDIN MATERNEL D’ENFANTS de 2 à 5 ANS.

toddler-1249747_1920

Ce premier groupe est ouvert aux enfants dès deux ans, afin d’apporter une offre de pré-scolarisation locale, à temps partiel évolutif.

Les enfants de 3 et 5 ans accueillis présentent des profils divers, comme évoqués dans l’introduction et ont accès à une scolarisation au sein d’un petit groupe de 12 à 15 élèves, pour répondre à deux points forts déjà évoqués précédemment :

  • durant leurs plus jeunes années, certains enfants ne peuvent pas supporter la pression spontanément induite par un trop grand nombre d’élèves dans la classe chargée, comme on le trouve dans les classes maternelles habituelles

  • d’autres ne pourront se soumettre aux exigences physiques et intellectuelles du cadre trop rigide que le système scolaire traditionnel est conduit à mettre en place d’une manière trop précoce.

Le jardin d’enfants apporte donc une réponse à l’inquiétude des familles, avec un accueil plus à même de conduire petit à petit les enfants vers les apprentissages scolaires.

Le jardin d’enfants permet également aux enfants dont le handicap n’exclut pas de participer à la vie collective, d’être entourés plus harmonieusement et sans discontinuité.

Les objectifs du programme officiel de l’école maternelle sont respectés et restent centrés pour cette tranche d’âge sur les langages et les autres apprentissages liés à la vie en groupe.

Ces objectifs font une place majeure :

à l’éveil

au développement de la psycho motricité -au delà de la simple motricité

à la découverte du monde, dont celle du vivant.

Une première approche de la mémorisation de chants et comptines, d’activités induisant

la sensibilité artistique et introduisant le patrimoine littéraire de la petite enfance ne sont pas délaissées.

 

L’atout majeur et transversal de la pédagogie proposée au Jardin Maternel d’enfants est le MOUVEMENT :

temps quotidien réservé aux jeux libres

avec des objets et situations simples

pour développer le langage et la motricité

appréhension d’activités de pratiques artistiques

dans l’ouverture au développement des sens

et l’harmonie du geste libre

organisation du temps et de l’espace

laissant une grande liberté de mobilité,

mobilité essentielle pour semer la confiance en soi chez le petit enfant

et le développement de l’autonomie dans les prises d’initiative.

PETITES CLASSES, CLASSES et GRANDES CLASSES

Elle accueille les enfants de 6 à 16 ans, en cinq groupes de 12 à 15 élèves par groupe. Les enfants y découvrent une « vie » de classe, comme cela s’entendait dans une petite école de village.

Leur accompagnement se fait, non par organisation classique (6 ans CP, 7 ans CE1 etc…), mais par groupe d’intérêts. Ce terme s’impose plus positivement que les divers concepts de « besoins/niveaux/compétences…etc ».

Cet intérêt développe chez l’élève une attitude personnelle et volontairement active vers les savoirs « FAIRE » clairement définis :

Savoir LIRE, savoir ÉCRIRE, savoir COMPTER,

savoir QUESTIONNER quelqu’un, savoir CHERCHER quelque chose,

savoir S’INTERROGER sur une découverte,

savoir FORMULER sa propre opinion,

savoir ACCÉDER à des savoirs.

La finalité de la pédagogie de cette école est d’accompagner chaque enfant à son rythme personnel, vers l’acquisition solide du savoir faire primordial et transversal.

«SAVOIR AGIR,

POUR APPRENDRE CE QUI A DU SENS POUR MOI,

MAINTENANT».

Nous croyons que ce savoir faire est la racine
de tous les savoirs actuels et futurs de l’élève

Force est de constater, que tout individu ayant cette clé précieuse, saura continuellement évoluer, et faire les efforts qui conviennent pour s’adapter aux étapes de l’enfance, de l’adolescence et de sa vie d’adulte. Une transmission rigide des connaissances est stérile. Elle apporte confusions, irresponsabilités et détachement du respect des valeurs humanistes.

Chaque enfant de la classe est donc guidé vers ces savoirs FAIRE de base, grâce à une attention affinée portée par l’enseignant sur le développement de la volonté de l’élève.

Les efforts d’un enfant qui se sent prêt à savoir LIRE, le mettent en MOUVEMENT vers l’acquisition de la lecture, sans perte d’énergie. L’échelle différentielle de la maturation, qui correspond à l’acquisition de la lecture, peut avoir d’un enfant à l’autre une amplitude de 6 à 18 mois. De même, l’absence de réactions adéquates vis à vis de l’enfant qui demande « trop tôt », peut détourner ce feu interne de volonté d’apprendre vers des formes diverses de non vouloir .

C’est pourquoi les enfants de 5 ans ont un cheminement particulièrement individualisé.

Pour certains, quelques mois de plus à vivre au Jardin Maternel d’Enfants sont encore nécessaires et stabilisateurs pour la suite.

Pour d’autres, l’arrivée en classe se fait à temps partiel évolutif en cours d’année.

La valeur essentielle des intentions de l’enseignement

partagé dans notre école est la mise en lumière des savoirs faire

en tant qu’outils de réalisation individuelle

au sein de projets humains à visée collective.

Des projets de vie de classe sont donc menés :

– d’une part pour donner du sens aux savoir faire acquis (en liaison notamment avec les programmes officiels de découverte du monde et culture humaniste),

– d’autre part afin de libérer les espaces vitaux d’expressions créatrices.

L’ORGANISATION PÉDAGOGIQUE DES CLASSES

(école élémentaire et collège)

En premier, nous allons aborder la constitution des groupes d’élèves.

Ils sont répartis en cinq groupes, d’après la définition des objectifs principaux d’apprentissages liés aux savoir faire.

Un enfant peut passer un à deux ans dans chacun des groupes de manière différenciée pour les apprentissages de la langue et ceux des mathématiques et de l’espace.

Le groupe des Apprentis :
  • entrée dans la lecture

  • pratique grammaticale orale sur les phrases simples et les formes

    verbales du passé/présent/futur

  • graphismes des lettres et chiffres

  • art de la parole lié à la poésie

  • connaissance des nombres jusqu’à 100 et liens entre eux

  • sens des quatre opérations

  • repérages et comparaisons des formes et directions dans l’espace.

Le groupe des Techniciens :

  • maîtrise de la lecture

  • étude grammaticale de la phrase et du groupe nominal

  • pratique orale des formes conjuguées du présent, futur, imparfait,

    passé composé, passé simple des verbes courants

  • production collective d’écrits

  • écriture par la copie de textes poétiques et documentaires

  • art de la parole lié à la poésie et à la participation à des ateliers philosophiques

  • connaissance des nombres jusqu’à 1000 et liens entre eux

  • pratique des quatre opérations

  • résolution de problèmes à l’oral et en manipulation

  • étude des formes et symétrie dans l’espace

  • connaissance des mesures de base en longueur, capacité et temps.

Le groupe des Chercheurs :

  • sens de la lecture avec étude de textes intégraux

  • entrée dans l’analyse grammaticale de la phrase

  • apprentissages écrits des formes de conjugaison

  • production individuelle d’écrits

  • art de la parole par la poésie, les ateliers philosophiques et le théâtre

  • connaissance des grands nombres et liens entre eux

  • résolution écrite de problèmes faisant référence aux quatre opérations

  • étude de propriétés des formes, surfaces et volumes

  • correspondances des mesures de longueur, capacité et temps.

Les groupes Experts et Explorateurs :

ils correspondent au collège et sont détaillés dans le dossier « Programmes des cours du second degré».

LE PROJET D’ÉCOLE

Ce projet d’école est pour notre école son identité à long terme :

créer les situations pédagogiques et éducatives pour que chaque enfant puisse avoir conscience de la nécessité d’évoluer en harmonie avec l’univers auquel il appartient.

Pour cela trois axes prioritaires sont développés, par des enseignements spécialisés liés à l’environnement naturel et au développement de pratiques artistiques, puis par l’éducation à l’humanité.

1- Les enseignements spécialisés :

En premier, pour le pôle Découverte du Monde, c’est le choix réfléchi d’aborder les connaissances du monde naturel et vivant avec un enseignement par les projets, et en leur accordant une valeur toute aussi importante que les apprentissages de « base » en langue française et en mathématiques.

En second, des enseignements manuels et artistiques quotidiens afin de permettre à chaque enfant de développer ses capacités motrices fines et sa créativité dans les domaines suivants :

    • travaux manuels (collage et assemblage, le fil cousu/tricoté/tissé, la transformation d’objets de récupération en objets de décoration et d’art

    • arts visuels (dessin, modelage, peinture, graphisme, photographie)

    • expression corporelle (danse traditionnelle, danse créative, mise en scène)

    • musique (chant, rythme, écoute, composition sonore)

    • pratique de langue étrangère par les arts et traditions populaires

2- L’éducation à l’humanité :

Transversale et implicite dans la vie quotidienne de l’école, elle est consolidée par des projets menés tout au long de l’année. Des projets organisés avec des personnes extérieures à l’école par la mise en place de partenariat pour partager des savoir-faire de traditions et arts populaires :

    • spectacles et fêtes de l’école

    • ateliers en collaboration avec des personnes âgées (maison de retraite, foyer des anciens…) autour de la lecture, des travaux manuels, du jardinage, de jeux de société.

De plus tout au long de l’année, des artistes professionnels vivant de leur pratique artistique, interviennent auprès des élèves sur des ateliers réguliers afin de les initier à leur art (peinture, poterie, sculpture, marionnettiste, etc…)

Des artisans, commerçants et entrepreneurs locaux sont aussi invités à présenter leurs activités professionnelles.

Enfin, les sorties sont sélectionnées dans ces mêmes objectifs de découverte de notre environnement naturel, humain et culturel :

    • sites naturels proches avec spécificités variées

    • ateliers d’artistes et d’artisans

    • musée, théâtre, exposition, opéra.

La diversité des choix permet aux enfants de se constituer

une culture humaniste aussi complète que possible,

tout au long de leur scolarité dans notre école.